Rechercher
  • Pascaline

C'est la faute à Pluton

A écouter des personnes qui sont « tombées en yoga », on apprend souvent que ces personnes souffraient de blessures physiques ou psychologiques, de blessures de l’âme ou des blessures corporelles, qui souvent sont liées.

A maintes reprises, je me suis posée la question comment j’étais tombée dans la marmite du yoga, sans être passée par ces grandes souffrances. Je cherchais les raisons qui m’y ont amené mais sans jamais être totalement convaincue, j’ai été assez épargnée dans ma vie jusqu’à présent. En quoi ai-je la légitimité d’enseigner une technologie de transformation profonde, alors que je n’ai jamais fait de travail psychologique de grande envergure sur moi ?

Pourtant je me souviens de mon premier cours de Kundalini, où je suis sortie de la salle, avec un sentiment incroyable d’avoir été soulagée ou guérie de quelque chose d’indescriptible et avec l’envie de partager cette technologie, si essentielle, dans ce grand passage de transmutation.

Et puis voilà, qu’un matin, impatiente de connaitre les résultats de ma charte astrologique, j’appelle l’épouse de mon père qui m’avait proposé de la faire pour moi, qui me dit juste ceci :

« Tu es un peu un cas spécial, je n’ai jamais eu quelqu’un avec Pluton dans la 12ème Maison, faudra me donner un peu plus de temps pour étudier tout ça, tout ce que je peux te dire c’est que tu as énormément souffert dans tes vies précédentes et que tu as un très lourd bagage karmique à nettoyer. En gros, ta mission de vie est la transformation, tu dois renaître. Bon, ne t’inquiète pas, tout est parfait, je te tiens au courant. "

Un peu sous le choc de cette révélation, j’appelle ma maman (la première épouse de mon père 😊) au secours, pour qu’elle m’aide à comprendre ce Pluton en Maison 12 et puis là aussi, un message sur whatsapp, juste 2 mots « purification karmique ».

Je continue à chercher, je pianote sur mon clavier en cherchant des réponses à toutes les questions et puis je me rends compte que la réponse, je l’avais déjà en moi. Sans le savoir, sans comprendre mes schémas subconscients, je suis arrivée toute seule à trouver les outils de guérison, il y a de ça 9 ans maintenant. Je suis en chemin, je continue mon travail de chrysalide, pas après pas, méditation après méditation.

Et j’ai surtout de la compassion pour toutes ces personnes qu’on juge sans savoir ce qu’elles vivent, ou ce qu’elles ont vécu, de manière consciente ou inconsciente. Car au final, comme le disait Ram Dass, « we’re all just walking each other home”.


12 vues

Nous suivre

  • Sankalpa Yoga Facebook
  • Sankalpa Yoga Instagram
  • Pascaline Dewitte Linkedin

​© 2020 par Sankalpa Yoga. Créé avec SIFACIL.BE