top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurPascaline

Namasté


Les âmes n’ont pas d’âge. Tout comme le temps linéaire n’existe pas non plus. Difficile à comprendre. Parfois on saisit une bribe de cette vérité lors de rencontres fortuites avec une personne sans âge. Une connexion d’âme à âme qui se reconnaissent. Enfant on les reconnaît de suite. Faisant encore partie de l’Un, nous ne sommes pas encore emprisonnés dans la dualité.

Sur la photo, je devais avoir entre 4 et 5 ans. Juste assez âgée pour m’en souvenir et assez jeune pour reconnaître la vielle âme du garçon à ma droite. Il n’est resté que quelques semaines dans ma classe avant qu’il ne change d’école. Je me souviens d’une connexion particulière, d’une maturité déconcertante pour notre jeune âge. Un namasté comme disent les yogis. Le jour de son départ, il est venu me dire au revoir à la manière des ‘grands’, en me donnant une accolade. Un peu comme s’il me souhaitait ‘bonne chance pour la suite’. Je me rappelle avoir senti de la gentillesse, de la sérénité, de la confiance et de la gratitude pour ce court passage ensemble. Et récemment, en ayant retrouvé cette photo de classe, je me demande ce qu’il est devenu, si lui aussi se rappelle, s’il a bien un nom de famille de ‘couleur’ comme moi. J’ai un vague souvenir qu’il s’appelait De Bruyn. Et en même temps, tout cela n’a pas d’importance. L’énergie se rit des noms, du temps, des lieux. Je n’en ai jamais parlé à personne, pas même à ma meilleure amie de l’époque. Et puis j’ai grandi, j’ai oublié, on m'a recollé les oreilles 😁. Le début de l’amnésie, du sommeil profond. Le privilège de vieillir est de se rappeler tout ce qu’on savait déjà étant enfant. On reprend le fil là ou on l’a laissé. On se (r)éveille tout doucement d’une longue torpeur, déconnecté de tout, et on commence à se sou-venir, à revenir à soi. Les Anglais ont un beau mot pour cela, re-member, se remembrer. Redevenir Un.

53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

ความคิดเห็น


bottom of page